La Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon refuse ma demande de changement d'assurance...6 mois après l'envoi de mon courrier

Ma femme et moi avons signé en début d’année 2010 un prêt de plus de 100 000 euros avec la Caisse d’Epargne de Béziers pour acheter une maison. En juin 2012, nous avons fait un devis pour l’assurance de prêt auprès d’un organisme externe. Les économies que nous pouvions réaliser par un changement d’assurance étaient plutôt intéressantes. Au mois d’août 2012, nous avons décidé de nous lancer dans cette démarche, et nous avons envoyé une lettre à notre banque afin de résilier le contrat d’assurance actuel en lui présentant celui de l’assureur externe qui allait être effectif à partir du mois d’octobre 2012 (le préavis de deux mois pour la résiliation était respecté).

La Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon a répondu à ce courrier … 6 mois plus tard, en février 2013 ! Entre temps, nous avons essayé d’être mis en contact avec le service qui gère les demandes de changement d’assurance mais notre conseiller bancaire a toujours refusé de nous communiquer ses coordonnées, aucun moyen de les joindre. Depuis octobre 2012, nous sommes donc couverts et prélevés chaque mois en double par la banque et par l’assureur externe.

Après plusieurs échanges de courrier, nous venons de recevoir une deuxième lettre « officielle » de refus de la part de la Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon qui reste sur ses positions et ne souhaite toujours pas accepter le changement d’assurance proposé. Nous pensons stopper le contrat signé avec l’assureur externe qui s’est engagé à nous rembourser toutes les primes versées en double depuis octobre 2012 car nous ne sommes pas sûrs de faire aboutir notre démarche face à la Caisse d’Epargne – le poids de la banque dans la négociation sera toujours plus fort que le nôtre malheureusement.  

Je demande une délégation d'assurance et hop le taux passe de 2,90% à 3,45% !

Avec mon compagnon, nous sommes en train de faire racheter notre prêt immobilier par la Banque Populaire Atlantique avec une proposition de taux très intéressante à 2,90% (contre 4,90% au départ). L’offre de prêt a été émise fin juin, et doit donc être signée d’ici quelques jours avant la fin du mois de juillet.

Début juillet, nous avons réalisé un devis auprès d’un assureur externe qui nous fait gagner 1500€ sur le coût total de l’assurance. J’ai écrit un mail à la Banque Populaire pour leur demander d’accepter une délégation d’assurance. Une conseillère m’a appelé (pas de trace écrite bien sûr) pour me dire que choisir une assurance en externe nécessitait obligatoirement la rédaction d’une nouvelle offre de prêt avec des conditions modifiées et un taux qui passe dans notre cas à 3,45% ! C’est scandaleux !

Je ne sais pas comment faire pour que la Banque Populaire accepte notre demande sans dépasser le délai légal de la signature de l’offre de prêt. Et surtout, nous ne voulons pas perdre le taux d’intérêt promis à 2,90% ! En allant sur des forums, je suis tombée sur la loi Lagarde et sur des témoignages de personnes dans la même situation que nous, et j’ai bien compris que la banque n’était pas censée lier le taux d’intérêt proposé à l’assurance du prêt.

Ce qui me déçoit le plus, c’est de voir que je suis en train de négocier avec une banque malhonnête qui contourne sciemment la loi.

La mauvaise foi de la Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon

J'ai emprunté en 2010 auprès de Caisse d'Epargne pour faire des travaux dans le logement d'un locataire. A l'occasion de cet emprunt, et comme tout le monde je suppose, nous avons bien vu que la Caisse d'Epargne proposait une très mauvaise assurance par rapport aux autres banques en matière de garanties, et pour autant tout aussi chère.

En négociant notre crédit nous avons donc voulu choisir une assurance externe à la banque beaucoup moins chère que les assurances des banques et surtout avec plus de garanties. La discussion a été épique. La Caisse d'Epargne nous a expliqué que si au moins l'un des deux ne prenait pas l'assurance emprunteur "maison", les conditions de crédit ne seraient pas les mêmes...

Comme nous n'avions pas le temps d'épiloguer, nous avons pris une assurance externe pour ma femme et j'ai pris l'assurance Caisse d'Epargne, bien conscient que ce n'était pas une très bonne solution.

En 2012, j'écris à Caisse d'Epargne pour leur dire que je change d'assurance pour prendre la même que celle de ma femme, qu'ils avaient accepté. Ils me répondent alors que ce n'est pas possible et que l'assurance emprunteur ça ne se résilie pas ! Ben voyons, c'est écrit exactement le contraire dans mon contrat de prêt.

La loi c'est pratique pour ne pas respecter ses engagements ! Vivement l'action de groupe, je pense que face à ces comportements, il est urgent de se tenir les coudes contre des organismes de mauvaise foi qui nous inondent de publicité mensongère.

Monsieur et Madame A, 30340 Mons

La Caisse d'Epargne Languedoc Roussillon n'a jamais daigné nous répondre

Mon mari et moi avons signé un prêt immobilier avec la Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon en 2011. Un an plus tard, à l’été 2012, nous nous sommes rendu compte que nous pouvions économiser plusieurs milliers d’euros en passant par une assurance de prêt autre que celle de la CNP.

J’ai envoyé en recommandé à la banque une lettre de résiliation en précisant que mon nouveau contrat d’assurance prendrait effet début septembre. A ce jour, aucune réponse écrite ne m’a jamais été donnée ! J’ai attendu quelque temps et j’ai envoyé une seconde fois la demande de résiliation – toujours en recommandé … et là encore aucune nouvelle de la banque.

Nous sommes en juillet 2013, ça fait donc près d’un an que la Caisse d’Epargne « fait la morte » pour montrer qu'elle n’a aucune intention de traiter mon dossier. J’ai tenté d’appeler la CNP qui m’a répondu de m’adresser à la banque. Quant à mon conseiller, il m’a simplement dit à l’oral que l’assurance emprunteur était un produit que l’on souscrivait pour toute la durée du prêt sans pouvoir en changer. Je me suis renseignée et ce n’est pas vrai, certaines personnes parviennent à changer d’assurance emprunteur.

Nous sommes doublement prélevés des primes d’assurance depuis octobre 2012. La situation étant complètement bloquée, nous allons annuler le contrat souscrit en externe et rester (par dépit) avec la CNP. C’est tout de même incroyable que la Caisse d’Epargne n’ait jamais daigné nous répondre.

Méfiez vous des mauvais conseils de la Caisse d'Epargne Languedoc Roussillon...

En 2010, nous avons souscrit un prêt auprès de la Caisse d'Epargne Languedoc Roussillon pour financer la construction de notre maison. Nous étions ravis puisque nous avons obtenu à l'époque un prêt à taux zéro important (30 900€). L'Etat nous a donc bien aidés dans l'acquisition de notre logement.

Mais nous nous sommes aperçus en 2012 que l'assurance que la Caisse d'Epargne nous avait imposée en couverture de nos prêts était une des moins bonnes du marché (couverture des arrêts de travail uniquement s'ils durent plus de 4 mois, prise en charge uniquement en cas de perte de revenus et d'activité professionnelle) alors que la cotisation est très chère et ne se met pas à jour selon que l'on est garanti ou pas.

Nous avons alors décidé d'en changer, d'autant que notre offre de prêt comporte des mentions explicites sur le fait que l'on peut le faire.

Suite à notre demande, la Caisse d'Epargne a constamment refusé en arguant que l'assurance n'était pas résiliable et que finalement ce sont les autorités de tutelle et la DGCCRF qui les empêchent de respecter leur propre contrat.

Mais mon contrat de prêt, lui est très clair... J'ai donc décidé d'attaquer le devoir de conseil de la Caisse d'Epargne et les clauses abusives de leur contrat. Car on ne peut pas imposer un contrat des plus mauvais à ses clients, en leur vendant qu'ils pourront en changer, puis les enfermer dedans sur une durée de 25 ans !

Madame B et Monsieur D, 34290 Abeilhan

Le LCL décourage les demandes de changement d'assurance emprunteur ... Pas de bol, je suis tenace et j'ai fini par y arriver

En septembre 2010, j’ai signé un prêt immobilier avec le LCL pour acheter une maison en Seine Maritime. La conseillère de l’époque m’avait clairement indiqué que l’assurance emprunteur du LCL pourrait être résiliée au bout d’un an au profit d’une autre assurance.

J’ai entrepris le changement d’assurance en novembre 2011, le nouveau contrat devant prendre effet début février 2012 – le délai était donc largement suffisant pour que le LCL accepte ce changement. Mais la banque a fait trainer les choses aussi longtemps que possible et je n’ai obtenu gain de cause qu’en… juillet 2012 !

Le LCL a commencé par me dire que je ne pouvais pas décider de la date de changement d’assurance, et que mon dossier devait passer en commission pour voir si le nouveau contrat correspondait à leurs exigences. Les services se renvoyaient la balle les uns après les autres mais pas la peine d’être bien maligne pour comprendre que le LCL faisait tout pour me décourager dans ma démarche. Pas de chance, je suis quelqu’un de tenace, et surtout j’avais parfaitement conscience d’avoir le droit de me libérer de leur assurance emprunteur. Quand la banque a fini par céder, elle a refusé de payer les 4 mois de cotisations pendant lesquels j’étais à la fois couverte par leur contrat et par celui du nouvel assureur – alors que c’est elle qui a été incapable de tenir un délai pourtant suffisamment large pour examiner ma demande.

On m’a fait comprendre que l’acceptation de mon dossier était « exceptionnelle », je ne me suis pas gênée pour rétorquer qu’il n’y avait rien d’exceptionnel là-dedans, et que leurs pratiques étaient simplement faites pour retenir les particuliers et éviter qu’ils ne partent vers des assurances plus compétitives.

Je me sens piégée par la Caisse d'Epargne qui refuse ma délégation d'assurance emprunteur

Je suis en train de faire racheter par la Caisse d’Epargne mon prêt immobilier signé à l’époque avec BNP Paribas. Mon agence était disposée à ce que je choisisse une assurance autre que celle de la banque dans le cadre de cette opération. C’était donc plutôt bien parti avec un taux d'emprunt avantageux, et l’agence a envoyé ma demande de prêt à sa direction à Nantes.

C’est là que les choses ont commencé à se compliquer car la direction ne souhaite pas donner suite à ma demande de délégation d’assurance. Pour eux, le taux proposé ne s’entend qu’avec l’assurance de la banque. J’ai tenté d’invoquer la loi Lagarde, mais on m'a répondu que choisir l’assurance de la Caisse d’Epargne est une condition sine qua none pour que mon dossier soit accepté. On m’a redirigée vers le « Service Qualité », il est injoignable par téléphone et je dois à présent motiver ma demande de délégation d’assurance par écrit. Mais je n’ai pas le temps d’attendre leur réponse pour me décider. Je suis coincée et vais devoir me résoudre à passer par l’assurance de la Caisse d’Epargne.

Le LCL sait mettre des bâtons dans les roues des clients qui veulent changer d'assurance emprunteur

J’ai 35 ans et en 2010, nous avons signé avec mon mari un contrat de prêt immobilier avec le LCL pour acquérir notre résidence principale dans l’Essonne.

Au premier trimestre 2013, j’ai fait les démarches auprès d’un assureur mutualiste pour changer d’assurance de prêt et résilier le contrat signé à l’époque avec la banque. Le dossier s’est monté très vite avec le nouvel assureur, j’ai apprécié la rapidité et la qualité du service proposé. Notre profil (un jeune couple d’emprunteurs, cadres, non-fumeurs et en bonne santé) permettait de réaliser des économies tout à fait substantielles par rapport à ce que nous devions payer avec la banque. J’avais informé à l’oral ma conseillère de cette démarche ; elle m’avait répondu que le changement d’assurance emprunteur devait être étudié par son service, et qu’il n’était pas accepté dans tous les cas. Au mois d’avril, je suis alors allée déposer à l’agence tous les documents nécessaires à la résiliation du contrat d’assurance du LCL. J’ai remis ces documents en mains propres à l’accueil contre signature.

Deux mois plus tard, à la fin du mois de juin, n’ayant toujours aucune nouvelle du LCL, je me suis précipitée à l’agence afin de savoir si ma demande de changement d’assurance avait aboutie. Le LCL a alors affirmé n’avoir jamais reçu les documents déposés en avril ! Une excuse facile pour ne pas faire avancer le dossier. Il a fallu que j’envoie à nouveau l’ensemble des papiers en recommandé avec accusé de réception. J’ai été également reçue par deux conseilleurs qui n’ont eu aucun scrupule à exercer sur moi une pression pour que je mette fin à ma démarche. On m’a par ailleurs demandé tout un tas de papiers supplémentaires, nécessaires selon eux à étudier notre dossier de changement d’assurance. Pour me retenir, la banque vient de finir par me proposer de renégocier mon taux de crédit. Je vais mener les négociations et signer leur nouvelle proposition si elle me convient, en sachant que rien ne m’empêche dans un an de reprendre les démarches pour substituer l’assurance emprunteur de la banque par une assurance en externe.

Je reste estomaquée par les pratiques du LCL suite à cette expérience. Je ne demande pourtant pas grand-chose à la banque, simplement de préserver raisonnablement mes intérêts de cliente.

Vous êtes ici : Home D'autres témoignages